Processus de subjectivation dans un groupe d’adolescents cérébrolésés

Résumé : Cette recherche s’attache à appréhender le processus favorisé par la prise de parole en groupe pour des adolescents cérébrolésés. Âgés de 15 à 20 ans, hospitalisés, les adolescents de l’étude souffrent des séquelles d’un accident vasculaire cérébral, d’une tumeur cérébrale cancéreuse ou d’un traumatisme crânien sévère. Notre méthodologie consiste, sur la base du paradigme de la psychanalyse appliquée aux groupes, à analyser la transcription de groupes de parole conduits en milieu hospitalier pendant environ dix mois, à raison d’une heure hebdomadaire. Nous montrons que l’événement somatique provoque des ébranlements tels que le sujet ne peut plus s’appuyer sur son identité propre d’où sa tendance à s’accrocher à une identité d’emprunt, ou à se fixer sur des conceptions de soi passées, avec le risque de se définir en « adolescent-moins ». La confrontation à l’atteinte cérébrale grave et ses effets de déliaison contamine le lien social. L’espace protégé du groupe permet cependant aux jeunes d’imaginer des transactions et des aménagements de façon à se désencombrer de ce qui est venu se sur-imprimer de l’extérieur, et favorise un processus de subjectivation.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-inshea.archives-ouvertes.fr/hal-01891952
Contributeur : Aurélie Gono <>
Soumis le : mercredi 10 octobre 2018 - 11:20:21
Dernière modification le : mardi 19 novembre 2019 - 10:08:11

Identifiants

  • HAL Id : hal-01891952, version 1

Citation

Danièle Toubert‐duffort, Amélie Courtinat-Camps. Processus de subjectivation dans un groupe d’adolescents cérébrolésés. Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, Elsevier Masson, 2013, 61 (2), pp.118-124. ⟨hal-01891952⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

49