La reconnaissance de la capacité d’agir sur et par un corps altéré, enjeu de la construction du sujet

Résumé : L’être humain n’accède à un statut de sujet que s’il acquiert, se reconnaît et se voit reconnu une capacité d’agir, à l’opposé de celui qui est assujetti. On se demande donc comment la reconnaissance des capacités peut s’effectuer, et ainsi contribuer à la construction de l’individu comme sujet, quand elle porte sur un corps altéré par une déficience motrice précoce. En s’appuyant notamment sur les travaux de Axel Honneth, c’est une conception intersubjective de la reconnaissance de soi comme personne capable qui est développée.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-inshea.archives-ouvertes.fr/hal-01934082
Contributeur : Jean-Pierre Garel <>
Soumis le : dimanche 25 novembre 2018 - 10:47:09
Dernière modification le : vendredi 14 juin 2019 - 01:09:08
Document(s) archivé(s) le : mardi 26 février 2019 - 12:38:43

Fichier

La reconnaissance de la capaci...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-01934082, version 1

Collections

Citation

Jean-Pierre Garel. La reconnaissance de la capacité d’agir sur et par un corps altéré, enjeu de la construction du sujet. Eduquer, L'Harmattan, 2006, "Handicaper" Education corporelle et handicap, 11, pp.61-71. ⟨http://journals.openedition.org/rechercheseducations/388⟩. ⟨hal-01934082⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

46

Téléchargements de fichiers

54