Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les élèves allophones peu scolarisés antérieurement dans l’ombre du monstre scolaire

Résumé : Au Pakistan, Mehmoud faisait des petits boulots ; Mah, une petite fille épileptique, perçue ensorcelée dans son village subsaharien, avait été retirée de l'école ; celle de Mohammed avait été détruite dans la région du Darfour ; plutôt qu'être harcelé, Selim préférait rester à la maison qu'en classe… tous sont arrivés en France avec des parcours de vie chaotiques, voire des conditions migratoires violentes. Quelques-uns n'ont jamais fréquenté les bancs de l'école, tandis que les autres ont connu des ruptures de scolarisation liées à des phénomènes de discrimination, de contexte social, économique et/ou politique, de situation familiale, d'errance… (Etiemble et Zanna, 2013 ; Mendonça Dias, 2013 ; Senovilla-Hernandez, 2013). La catégorie « non scolarisés antérieurement » (NSA) s'est diffusée depuis 2002 1 , même pour ceux avec une expérience scolaire, brève, positive ou non. Cette catégorisation vise à ménager une situation d'exception vis-à-vis d'autres enfants migrants : l'autorisation de bénéficier d'un accompagnement linguistique en dispositif durant deux années consécutives 2. Cet enjeu terminologique se retrouve outre Atlantique puisque au Québec, les « sous-scolarisés » considérés en « difficultés d'adaptation » (Armand, 2005) correspondent à un code, induisant des moyens supplémentaires pour l'encadrement scolaire. Combien sont-ils en France ? Les statistiques sur les migrants sont complexes à réaliser : on compte environ 100 000 entrées d'Européens et 210 000 de non Européens, avec un flux stable de 2005 à 2014 (Héran, 2016 : 34-36) et parmi eux, des jeunes migrants scolarisés, environ 60 700 en 2016-2017 (Robin, 2018), d'après l'enquête statistique annuelle de L'Éducation nationale. Entre 2003 et 2009, on a tenté de chiffrer le nombre d'élèves non ou peu scolarisés antérieurement, en comptabilisant ceux affectés dans un dispositif spécifique… sous réserve qu'il y en ait. De ce fait, un peu plus d'un millier avaient été ainsi repérés à travers 64 dispositifs en France (Mendonça Dias, op. cit.), chiffres en deçà de la réalité d'alors et du flux actuel. Pour « si peu », il est difficile d'entendre la voix d'une si faible proportion de la population scolaire, précaire, mobile, peu francophone et à lisière entre scolarisation et déscolarisation.
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03636405
Contributor : Catherine Mendonça Dias Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, April 10, 2022 - 11:30:09 AM
Last modification on : Wednesday, April 20, 2022 - 3:04:01 PM

File

2020 Mendonca Dias - version a...
Files produced by the author(s)

Identifiers

Collections

Citation

Catherine Mendonça Dias. Les élèves allophones peu scolarisés antérieurement dans l’ombre du monstre scolaire. Études de linguistique appliquée : revue de didactologie des langues-cultures, Klincksieck (Didier Erudition jusqu'en 2003), 2020, Diversité linguistique et formation citoyenne, pp.44-66. ⟨10.3917/ela.197.0043⟩. ⟨hal-03636405⟩

Share

Metrics

Record views

6

Files downloads

11